Michel Onfray nous parle d’un libéralisme autoritaire, d’une dictature du capitalisme, là où il y a en France une destruction du libéralisme et du capitalisme / Nicolas Carras

Michel Onfray nous parle d’un libéralisme autoritaire, d’une dictature du capitalisme, là où il y a en France une destruction du libéralisme et du capitalisme.

//////////////////////////////////////////////////////////

//////////////////////////////////////////////////////////

On nage en plein délire, ça n’est pas dans le délire que l’on avance dans la vie, et que l’on construit un pays.

“Économie : le nombre de sociétés contrôlées par l’État continue de progresser” …

1 200 agences d’État pour 80 milliards de dépense.

“Avec 57% du PIB en dépenses publiques, la paupérisation libérale fait des ravages dans la tête de Michel Onfray.”

C’est Onfray qui sur son compte Twitter, capitaliste :-), a parlé d’une paupérisation en France qui serait provoqué par du libéralisme français.

“Impôts et taxes: la France toujours championne d’Europe de la fiscalité. Les recettes fiscales représentent en France 48,4% du PIB.”

Sans parler de toutes les réglementations, toute la bureaucratie, toutes les administrations parasites ne produisant strictement rien et coûtant une fortune … Et tout le reste allant totalement à l’opposé du libéralisme : dirigisme, étatisme, planisme, interventionnisme. Un état qui contrôle plus de 55% de l’économie française. Mais nous sommes dans du libéralisme autoritaire, dictatorial, imposé par des soi-disant libéraux dictatoriaux qui dirigeraient l’UE … HA HA HA !

Je ne sais pas quel genre d’hallucinogène prend ce monsieur, mais il ferait bien d’arrêter.

///////////////////////////////////////////////////////////////

C’est le libéralisme autoritaire dont nous parle Onfray qui génère de l’antilibéralisme … HA HA HA ! Il faut donc que ces soi-disant libéraux autoritaires qui nous dirigent retournent à l’école.

— “La dette publique de la France a dépassé 100 % du PIB à la fin de septembre, selon l’Insee

La dette publique en France s’est établie à la fin de septembre à 100,4 % du produit intérieur brut (PIB), soit 2 415 milliards d’euros, en hausse de 39,6 milliards par rapport au trimestre précédent.”

— “Aide aux entreprises : le prix de la bureaucratie
Usine à gaz. Le saupoudrage des aides aux entreprises rend leur gestion coûteuse tant pour l’État que pour les collectivités locales ou les chambres consulaires.”

Aide aux entreprises : le prix de la bureaucratie

— L’Union européenne est-elle vraiment libérale ? – Philippe Jaunet

http://www.quebecoislibre.org/07/070923-4.htm

///////////////////////////////////////////////////////////////

L’hebdomadaire Marianne qui nous parle “d’ultralibéralisme”, là où il n’y a même pas de libéralisme et qui par là rejoint la secte des illuminés antilibéraux français, idiots utiles de l’étatisme et de l’état providence qui sont à la base d’un nombre incalculable de graves problèmes dans ce pays, emmerdant un nombre incalculable de Français, des plus pauvres aux plus riches… L’hebdomadaire Marianne qui ne doit sa survie que grâce à des aides publiques directes … C’est-à-dire que le Français qui paye des impôts, subventionne des charlatans.

Le charlatanisme est subventionné avec des aides publiques.

Polony qui nous ressort une rhétorique marxisée concernant la société de consommation, société de consommation dont elle ne comprend strictement rien, raison pour laquelle elle sombre dans une multitude d’erreurs d’ordres anthropologiques, le tout basé sur tout un ensemble de préjugés collé à la réalité.

Nous entrons dans le sectarisme, mais également dans un délire conspirationniste, comme quoi un soi-disant “ultralibéralisme” serait imposé à la France …

S’il y avait ce soi-disant “ultralibéralisme” (il n’y a pas d’ultralibéralisme, comme il n’y a pas d’ultra-socialisme, d’ultra-fascisme, d’ultra-communisme) imposé à la France, il n’y aurait plus autant de réglementations, de bureaucratie, de taxes, charges, fonctionnaires, d’administrations parasites coûtant une fortune. L’état ne coûterait pas aussi cher.

La pensée libérale serait enseignée dans les écoles, et il n’y aurait pas autant de jeunes ayant fait des années d’étude qui ne sauraient pas ce que c’est que le libéralisme.

La CAF, concernant la retraite, fait appel à 7, ou 8 organismes différents pour gérer cela … Organismes qui bien entendu vivent grâce à l’argent public, qui coûtent un pognon monstre et ne produisent strictement rien, mis à part des emmerdements et des complications.

1 200 agences d’État pour 80 milliards de dépense.

La France est un pays étatiste, qui applique de l’étatisme, pas du libéralisme. Avec en ce moment des gens à sa tête qui ont clairement affirmé vouloir refonder l’état providence. Ce qui va à l’opposé du libéralisme.

Quand on confond libéralisme et étatisme, quand en économie l’on confond les conséquences avec les causes, et que l’on est journaliste, soit on est un crétin qui doit retourner à l’école, soit on est clairement un charlatan avec des intentions malveillantes tout en se faisant passer pour quelqu’un de bienveillant.

Et comme je l’ai dit dans l’une de mes vidéos; il y a même destruction du capitalisme dans ce pays. Ce qui est très grave. La France n’est pas dans un régime capitaliste, avec des entreprises, sociétés, qui reçoivent des subventions d’état. C’est, en plus d’être antilibéral, anticapitaliste.

Et avec une une dette qui a dépassé 100 % du PIB.

Le capitalisme ça n’est pas s’endetter, mais tout le contraire.

///////////////////////////////////////////////////////////////

 

Les raisons pour lesquelles j’ai écrit dans un commentaire sur Dreuz.info que l’antilibéral Michel Onfray, révisionniste et obscurantiste concernant la question du libéralisme, était une merde – Nicolas Carras – artiste – créateur – poète Texte, documentation, articles, citations, en lien avec la vidéo : https://nicolascarras.wordpress.com/2…

– Le véritable obscurantisme ne consiste pas à s’opposer à la propagation des idées vraies, claires et utiles, mais à en répandre de fausses. Johann Wolfgang Goethe

– Il y a un noyau central, commun au fascisme, au nazisme et au communisme : c’est la haine du libéralisme. Jean-François Revel

– La Grande Parade – L’antilibéralisme est un fléau qui se trouve au principe du déclin et de la régression de la France. Nicolas Baverez

– Moi je suis un anti-libéral absolu. Michel Onfray – Cité dans l’article : Michel Onfray et son capitalisme “libertaire” à gestion Étatique (http://endehors.net/news/michel-onfra…)

– Dans le domaine économique, notre administration est la fille du gouvernement de Vichy. (…) La rage du contrôle était née de la pénurie des années 1940-1944. S’y ajoutait, à l’époque, la méfiance maurrassienne contre l’économie libérale. Or, parallèlement, la Résistance sous sa forme administrative et politique se pénétrait de la même méfiance en partant d’une idéologie différente mais de réactions analogues. Depuis la fin de la guerre, des générations de fonctionnaires ont été formées dans l’esprit que l’intérêt général se confond non pas seulement avec la primauté de l’État mais avec l’interventionnisme étatique et la défiance à l’égard de l’entreprise privée. Georges Pompidou, Le nœud gordien, 1974 / Lire également l’article sur le cercle de réflexion X-crise : https://fr.wikipedia.org/wiki/X-Crise

– La France, pays très libéral jusque dans l’entre-deux-guerres, entre brusquement dans l’économie administrée avec Philippe Pétain. – Gaspard Koenig – Pétain, le père des anti-libéraux (https://www.contrepoints.org/2018/11/…)

– Autant les prisons, les famines, les pénuries et les morts de tous les collectivismes sont bien identifiés, et autant certaines de leurs formes affaiblies mais néanmoins appauvrissantes persistent en de nombreux points du globe (le cas du Vénézuela est célèbre, j’ai parlé de l’Afrique du Sud et on bénéficie en France de l’exemple affligeant de la Guyane), autant le libéralisme, même instillé à faible dose aux quatre coins de la planète depuis le début des années 1980 par cette fameuse « mondialisation » honnie, a laissé sur son passage augmentation de l’espérance de vie, baisse de la mortalité infantile et recul de la pauvreté (graphique). Nathalie MP Meyer – Ce qu’être libéral signifie vraiment (https://www.atlantico.fr/decryptage/3…)

°
°
°

Michel Onfray nous parle d’un libéralisme autoritaire, d’une dictature du capitalisme, là où il y a en France une destruction du libéralisme et du capitalisme / Nicolas Carras